Album An enchanting garden - Ul liorzh vurzhudus

An tri seblant

 

1

Kolas Gwilhoù a Gerenkrez

Eürusañ den ’zo er barrez

 

E vestrez Rozenn Kozhmav

N’he deus he far ’barzh ar vro

 

N’he deus ket he far ’barzh ar vro

Ken kaer o ya, ’n hini eo

 

’Vont d’he gwelet ur beurevezh

’Sebezas da heul dre deir gwezh

 

’Tremen hebiou ur frankizenn

’Klevas ur vouezh flour en aezhenn

 

’Klevas ur vouezh flour en aezhenn

Hini e goant ’kanañ laouen

 

Ha ’benn ur pennad goude-se

Skuizh o furchal dezhi ’vel-se :

 

« Rozenn ma dous, p’lec’h ’maoc’h kuzhet ?

Rozenn ma dous din-me lâret

 

Rozenn ma dous din-me lâret

’R c’hoari-se ’blij ket din tamm ’bet ! »

 

’Tremen e-kichen un dervenn

’Santas en aer frond ur rozenn

 

Ha ’benn ur pennad goude-se

Skuizh o furchal dezhi ’vel-se :

 

« Rozenn ma dous, p’lec’h ’maoc’h kuzhet ?

Rozenn ma dous din-me lâret

 

Rozenn ma dous din-me lâret

’R c’hoari-se ’blij ket din tamm ’bet ! »

 

’Tremen hebiou dour ur feunteun

’Welas ennañ adsked un dremm

 

’Welas adsked un dremm ennañ

Hini e goant ’c’hoarzhin outañ

 

Ha ’benn ur pennad goude-se

Skuizh o furchal dezhi ’vel-se :

 

« Rozenn ma dous, p’lec’h ’maoc’h kuzhet ?

Rozenn ma dous din-me lâret

 

Rozenn ma dous din-me lâret

’R c’hoari-se ’blij ket din tamm ’bet ! ».

 

2

E Kerenor p’oa degouezhet

’Klevas o skrijal an touded

 

’Klevas o skrijal an touded

Hag an heol pellig ’zo savet

 

Hag er maner pa antreas

Didan e kavas an oaled

Hag o tont er-maez ar moged

 

« -Yec’hed ha joa en tiegezh

Kement ’zo ganin-me bemdez

 

Kement ’zo ganin er vuhez

’Soñjal da Rozenn ma mestrez

 

’Soñjal da Rozenn ma mestrez

Ma mestrez koant, ma c’harantez !

 

Yec’hed ha joa en tiegezh

E Kerenor petra ’c’hoarvez

 

Gant e skrij labous an Ankoù

Ha pell ’zo savet ar gouloù

 

War an oaled na broud na tan

Hag er maez ’tivogedañ stank ?

Lârit din-me matezh yaouuank !

 

-Allas ’vidon diaes da lâret

’Vidoc’h sur diaesoc’h da glevet

 

’Vidoc’h sur diaesoc’h da glevet

Ho mestrez koant ’zo tremene

 

Ho mestrez koant ’zo tremenet

Un derzhienn-ruz ’deus he c’haset ! ».

 

3

Kolas Gwilhoù ’lâre ’vel-se

D’e dad, d’e vamm nebeud goude

 

Nebeud goude d’e dad, d’e vamm

'N e wele war e dremenvan :

 

« Ma zad, ma mamm, mar am c’haret

Fenoz ur fest bras a savhet

 

Fenoz ur fest bras er vered

’Vidon ha ma muiañ karet

 

C’hwi hol lako er memes be’

An eil e-kichen egile

 

C’hwi hol lako hon-daou kevret

Dorn-ha-dorn dilien, diarched

 

Dorn-ha-dorn dilien, diarched

E pep korn ur boked-eured

 

E pep korn ur boked roz gwenn

Hag a-bep tu ur goulaouenn

 

Ha tro-war-dro ar gañverien

’Raio friko, drev ha laouen

 

Ha tud an eured tro-war-dro

Kontristet holl ’raio kañvo’

 

’Kreiz ar grasoù e vimp dime’t

E kan ar brini, ar piged

 

Beziet e vimp ’kreiz an dañsoù

E son ar vombard, ar binioù

 

Hag ar person e penn an dañs

’N e zorn dehoù ul lestr-ezañs

’Nouenno ac’hanomp er gadañs

 

Hag ar person trist ha lirzhin

’N e zorn kleiz ur werennad gwin

Tro-ha-tro ’ouelañ ha ’c’hoarzhin :

 

« Eurvat, eurvat ha levenez

Eurvat, eurvat ha karantez

Da virviken d’an dud nevez ! ».

 

Denez 

 

Les trois intersignes

 

1

Kolas Gwilhoù de Kerenkrez

L’homme le plus heureux qui puisse être

 

Son amie est Rozenn Kozhmav

Dont la beauté est sans égale

 

Un matin, comme il se rendait chez elle

Il fut "interpelé" par trois fois

 

En passant par une clairière

Il entendit la voix de son amie

 

En passant près d’un chêne

Il sentit son parfum dans la brise

 

En passant près d'une fontaine

Il vit son reflet dans l'eau

 

Et quand il l'a chercha

Il ne put la trouver.

 

2

Quand il arriva à Kerenor

Il entendit crier le hibou

 

Il entendit le hibou crier

Bien que le soleil fut levé depuis longtemps

 

Et dans le manoir quand il entra

Il vit l'âtre éteinte dans la grande salle

Alors que la cheminée fumait au-dehors :

 

« Santé et joie à tous

Autant que j’en ai moi-même

 

Autant que j’en ai chaque jour

Quand je pense à mon amie Rozenn !

 

Santé et joie à tous

Que se passe t-il donc à Kerenor

 

Que se passe t-il donc à Kerenor

D’entendre chanter l’oiseau de la mort

 

D’entendre l’oiseau de la mort chanter

Alors que midi est sonné depuis un bon moment

 

Et de voir s’échapper au dehors une épaisse fumée

Alors qu'il n'y pas de feu dans le foyer ?

 

Dites le moi jeune fille

Vous qui servez ici ?

 

-J’ai grand peine à le dire

Et vous en aurez plus encore à l’entendre

 

Et vous en aurez plus encore à l’entendre

Car celle que vous aimez est morte

 

Celle que vous aimez est trépassée

Une fièvre "rouge" l’a emportée ! ».

 

3

Peu de temps après

Kolas Gwilhoù disait 

 

Il disait à ses parents

Sur son lit, à l'agonie :

 

« Père, mère, si vous m’aimez

Vous organiserez une grande fête ce soir

 

Vous organiserez une grande fête au cimetière

Pour moi et mon amie Rozenn

 

Vous organiserez une grande fête pour nos funérailles

Et pour nos noces à la fois

 

Vous nous mettrez dans la même tombe

L’un à côté de l’autre

 

Vous nous mettrez tous deux ensemble

Main dans la main, sans linceul ni cercueil

 

Main dans la main, vêtus de nos plus beaux habits

Au quatre coins un bouquet de mariage

 

Au quatre coins un bouquet de roses blanches

Et un cierge allumé

 

Et tout autour les gens endeuillés

Feront joyeusement banquet

 

Et tout autour les convives

Réciteront des oraisons funèbres

 

Nous serons mariés dans les lamentations

Au chant des corbeaux et des pies

 

Nous serons enterrés au milieu des danses

Au son de la bombarde et de la cornemuse

 

Et le prêtre au bout de la farandole

Un encensoir dans la main droite

Nous donnera l’extrême-onction en cadence

 

Et le prêtre au bout de la farandole

Un verre de vin dans la main gauche

Pleurant et riant tour à tour criera :

 

« Amour, bonheur et paix

Aux jeunes mariés pour toujours ! ».

 

Denez